Retour

Actuellement au Palais du Louvre de Menton jusqu'au 25 août 2002

 

Elisheva COPIN est née en 1952 en Egypte, a vécu en Israël à partir de l'âge de cinq ans.

Après une carrière diplomatique, elle s'installe à Paris et vit actuellement à Nice. Lauréate de nombreux concours intemationaux, elle expose dans le monde entier.

Ses oeuvres figurent parmi celles de César, Chagall, Dali, Picasso..., dans des collections privées (USA, Monaco, Allemagne, Italie, Israël, Suisse, France) ainsi que dans des collections publiques (Musée Kérylos à Beaulieu, Musée des Beaux Arts à Menton).

 

 

 

 

"Le premier pas" bronze situé dans le jardin de sculptures de l'atelier de l'artiste

"Ma fille" Bronze situé Palais Maeterlinck de Nice

 

Elle figure dans plusieurs guides internationaux de vente aux enchères ainsi que dans les dictionnaires d'art (USA, Suisse, Angleterre, France).

Plus d'une centaine d'articles et parutions dans la presse lui sont consacrés.

Tout le long de son parcours, Elisheva COPIN a fait régulièrement don de certaines de ses oeuvres pour des causes humanitaires.

 

"Ophélie" Atelier de l'artiste

"Tranquille" Atelier de l'artiste

"Eurycice aux Enfers priant
les Dieux"

 

Force et sensualité

Douleur et sensualité sont les premiers mots que l'on a envie de prononcer. en effet, Elisheva Ciopin travaille essentiellement sur la forme du corps et sur le nu. La nudité devient à la fois force et abandon.

Si la sculpture d'Elisheva Copin touche inévitablement c'est sans doute parce qu'elle met tout en oeuvre pour se réaliser par le biais de son oeuvre.

La sculpture devient alors le moyen d'une avancée spirituelle, et pour le spectateur... quel délice !

Eliane Josset

 

"Esclave nue"

"L'adoration"

 

Au-delà des mots dans l'espace, la terre surgit du sol, moulant les êtres coulés de chair, ceux-là même qui entament la marche vers l'avenir.

Fragilité de la femme, Elisheva Copin, sculpteur, traduit de sa main, la pensée explorée.

Nicole-Paule Filippi

 

"Jeune fille"

"Homme"

 

Outre la fécondité, le droit à la réflexion, ) la liberté du corps et à son introspection, "la jeune fille" affirme une égalité sans limite.

Nicole-Paule Filippi

 

Femmes

 

Dans son art, tout est magnificence, tantôt nerveuse, tantôt lissée, la matière s'exprime avec densité. Les patines employées,rehaussent cette conjugaison visuelle et diffusent une spiritualité quasi divinatoire.

P. Amiel

 

 

Retour